Reconquesta Côte Vermeille et les vignes de la Côte Vermeille

Reconquesta Côte Vermeille : agir pour sauver le vignoble !

🔴 DOSSIER SUR LE CRU BANYULS-COLLIOURE

Reconquesta Côte Vermeille, nouvelle association des Pyrénées-Orientales, a lancé cet été une opération de sauvetage du vignoble. Le cru Banyuls-Collioure est en danger ! Un panorama à couper le souffle, des montagnes de vignes qui plongent dans la mer, voici un terroir d’exception ! Sauver les vignes et préserver les paysages est une urgence absolue. S’inscrire dans la transition écologique, identifier le vignoble et accroître sa notoriété : une évidence. Une cagnotte sur la plateforme Dartagnans est en cours pour récolter des fonds pour la Reconquête. Pourquoi le vignoble souffre-t-il ?  SOS d’un terroir en détresse.

Reconquesta : une reconquête indispensable pour le cru Banyuls-Collioure

Les membres de  » Reconquesta Côte Vermeille  »  et Christian Grau, maire de Cerbère (à droite)

Reconquesta Côte Vermeille : qu’est-ce que c’est ? «  Il s’agit d’une association créée par un collectif de 40 vignerons et 3 caves coopératives de la Côte Vermeille pour sauver le cru Banyuls-Collioure. C’est un projet de développement territorial mené par les vignerons eux-mêmes, accompagnés par les partenaires et acteurs de la filière vin »  explique Alain Pottier. « Nous sommes deux co-présidents, Bernard Pech et moi-même. » Alain Pottier s’exprime lors de la réunion publique « Reconquesta Côte Vermeille » organisée à Cerbère vendredi 17 juillet, devant une assemblée de viticulteurs et d’habitants. Les communes concernées par le projet de reconquête du territoire viticole sont :  Collioure, Port-Vendres, Banyuls-sur Mer et Cerbère. « Le cru Banyuls-Collioure est en danger, nous devons agir. »

 » L’association Reconquesta Côte Vermeille évoluera à l’automne en Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), afin de fédérer davantage autour d’elle. Elle sera plus impliquée, et plus autonome. Les collectivités auront la possibilité d’entrer dans la SCIC, précise Alain Pottier. « Il faut bien comprendre que c’est une démarche collective, réfléchie. L’opération impliquera aussi l’ensemble des acteurs de la filiale et les restaurateurs. »

La Côte Vermeille et des vins AOC, AOP et IGP, mais où ?

La Côte Vermeille se situe dans le sud du département des Pyrénées-Orientales, en Méditerranée. Elle s’étend de la plage du Racou à Argelès-sur Mer jusqu’à Cerbère. C’est la rencontre du massif Pyrénéen et de la Méditerranée en terre catalane ! Après, c’est Port-Bou, à la frontière espagnole. La départementale 914 est la route  panoramique qui longe la côte Vermeille. Elle est bien connue des touristes qui l’empruntent.

Les vignes sur les hauteurs de Collioure et Port-Vendres

Il faut lever un peu la tête pour profiter du spectacle : les vignes sont accrochées aux coteaux escarpés, les ceps tortueux semblent batailler ferme  pour s’exprimer entre les murettes de pierre sèche. Les terrasses sont spectaculaires, perchées sur un sol en schiste. Les vignerons y accèdent à pied, c’est un travail d’homme, pas de machine. Un labeur au sens le plus noble du mot. Qui se mérite.  » Reconquesta Côte Vermeille » entend valoriser ce travail  d’artisan, entre mer et  montagne : mar i munt en catalan !

En effet, ce terroir possède bien des atouts dans une architecture atypique, et ses vins vertueux sont  labellisés.  Alain Pottier précise que « le territoire bénéficie de trois AOC (appellation d’origine contrôlée) et de  trois AOP (Appellation d’origine Protégée) : Banyuls, Banyuls Grand Cru, et Collioure. S’ajoute aussi une IGP Côte Vermeille (Indication Géographiquement Protégée). Des vins secs et des vins doux naturels exceptionnels !« 

Le cru Banyuls-Collioure : un peu d’histoire…

C’est un bout de territoire catalan que le monde entier devrait  jalouser. Un climat méditerranéen, un ciel dégagé, les montagnes qui se jettent dans la mer… Un environnement idéal pour produire des vins d’exception : le cru Collioure-Banyuls. Il est produit  sur les 4 communes de Collioure, Port-Vendres, Banyuls et Cerbère. Grenache, Muscat, Mourvèdre, Syrah et Macabeu sont les cépages dominants.

Dès l’Antiquité, on cultive la vigne sur les pentes abruptes, et c’est à partir du Moyen-Age que les vins de Collioure deviennent connus et réputés. C’est le schiste des Albères  qui tapisse déjà les terrains en forte pente. La vigne règne en monoculture jusqu’à environ 500 mètres d’altitude mais assure une faible couverture du sol. Des orages violents ponctuent le climat méditerranéen aux hivers doux et aux étés secs. C’est principalement en automne et au printemps qu’ils arrosent la terre catalane. La conséquence de ces pluies est une  forte érosion des sols  ! D’où l’instauration du paysage en terrasses de culture, dites  » terrasses sèches « , non irriguées. De ce fait, le même paysage est toujours d’actualité, comme le rappellent les responsables de Reconquesta Côte Vermeille.

Les vendanges traditionnelles à Collioure

Reconquesta Côte Vermeille : 1000 viticulteurs engagés pour un Plan Marshall de la vigne

Il est vrai que la façon de travailler n’a pratiquement pas changé. En présence de Christian Grau, maire de Cerbère, Alain Pottier, lui-même viticulteur, rappelle les données chiffrées actuelles : «   Aujourd’hui, nous avons sur le territoire de la Côte Vermeille 3 caves coopératives qui regroupent environ 600 viticulteurs et 40 caves particulières, qui  sont des vignerons indépendants. Ce sont environ 1000 vignerons qui travaillent au total de façon traditionnelle. »  

Pourquoi le cru Banyuls-Collioure souffre-t-il ?

Sur les 7840 hectares du territoire, 1500 sont en vignes. 50 à 60 hectares  de production sont perdus chaque année sur les 1500 hectares. Les viticulteurs présents à la réunion publique confirment :  » c’est un entretien permanent, non mécanisé, c’est dur physiquement mais aussi financièrement car il faut du  personnel pour débroussailler. Et puis, c’est de la terre sèche au niveau des murettes des terrasses, on doit les refaire régulièrement car elles s’affaissent avec les pluies. C’est un coût considérable en main-d’œuvre !  De plus en plus de viticulteurs délaissent leurs parcelles.  Vous savez, en deux ou trois ans, sans entretien, la vigne meurt, c’est foutu. « 

De même, un autre viticulteur confie : « Des collègues viticulteurs ont eu le projet de n’exploiter qu’une rangée sur deux, pour essayer de faire passer de petits engins, mais c’est compliqué, sur beaucoup de parcelles, c’est quasi impossible, le relief ne s’y prête pas. » 

raisins

Attirer les jeunes générations : comment faire ?

Il est intéressant de voir que les témoignages arrivent spontanément sur le sujet des jeunes et des recrutements : « comme tout est fait à la main, seuls les passionnés sont attirés vraiment par le métier. On ne communique peut-être pas assez,  pourtant  la transmission, c’est indispensable ! Il faudrait valoriser ce travail de la vigne, mais avec une meilleure rémunération de nos vins. Ils ne sont clairement pas vendus assez chers On ne gagne pas notre vie ! Il faut savoir que sur une bouteille à 15 ou 20 euros, il ne reste rien ! Il faut accroître la notoriété de nos vins, les valoriser pour mieux les vendre ! De ce fait, Reconquesta Côte Vermeille arrive à temps !

La conversion bio, utopie ou réalité?

« Actuellement, 15 hectares sont en bio, avec, à chaque fois, une conversion bio qui s’étale sur une période de 3 ans », énonce Alain Pottier. Les jeunes générations sont de plus en plus sensibilisées par le bio. C’est donc une orientation qui ne peut être négligée aujourd’hui avec la pression environnementale et le zéro pesticides. Elle pourrait faciliter l’installation de nouveaux viticulteurs, malgré les contraintes liées aux parcelles bio, plus contraignantes qu’en agriculture classique ou raisonnée.

Et si les vignes disparaissaient un jour, quelles conséquences ?

Eh! oui, qui l’imaginerait? La pénibilité, les coûts de production élevés, la difficile transmission aux jeunes générations sont des difficultés à prendre en considération. « C’est maintenant qu’il faut agir et trouver des solutions pour la pérennité et le développement du cru.  Les conséquences économiques seraient désastreuses pour le département si les vignes disparaissaient » énoncent les responsables de l’association Reconquesta Côte Vermeille.

C’est exactement ce qu’un habitant de Cerbère craint pour l’avenir :  » Imaginez le paysage de la Côte Vermeille sans les vignes ! Les emplois  directs et indirects en seraient impactés ! Tout le secteur du tourisme, de la restauration et de l’hôtellerie seraient touchés ! Outre l’impact paysager et économique, le rôle coupe-feu d’une vigne entretenue n’est plus à démontrer ! Nous sommes dans une région qui est touchée régulièrement par les incendies, la Côte Vermeille est protégée du risque incendie grâce au bon entretien des vignes. Si cela disparaît un jour, ce serait un beau gâchis! »

Les vignes à Port-Vendres

Les 7 actions à venir de Reconquesta Côte Vermeille 

Découvrez les 7 projets  qui sont déjà annoncés  !  Le  partenariat avec  la campagne de collecte de fonds de la plateforme participative Dartagnans permettra de financer les premières actions !

🍇Pour préserver le paysage viticole :

  • Achat de parcelles patrimoniales  de démonstration à l’automne.
  • Maintien de l’architecture du vignoble (maçonnerie à pierres sèches, restauration et entretien des murettes)

Création de sentiers pédagogiques et entretien des chemins.

🍇Pour accompagner la transition écologique :

  • Mise en place d’une vigne expérimentale à l’automne. Expérimentation de nouvelles technologies pour une viticulture de précision et respectueuse de l’environnement.

🍇 Pour accroître la notoriété et l’identité du cru :

  • Organisation d’évènements oenotouristiques de promotion autour des vins du cru (salons, événements, dégustations, …)
  • Célébration des 50 ans de l’appellation Collioure Rouge en 2021.

🍇 Pour que la route unique D914 devienne la Route du Vignoble :

  • Faire de cette départementale « la route Napoléon » du vignoble de la Côte Vermeille (signalétique entrée sortie, panneaux de bienvenue, et création de deux œuvres artistiques sur le vignoble, une à Collioure, une à Cerbère).

Devenez  acteur et ambassadeur du vignoble en faisant un don sur Dartagnans !

affiche j'aime le Patrimoine

Pour faire un don sur le site Dartagnans (donnant droit à des contreparties, t. shirts, visites, dégustations, …) il suffit de se connecter sur la plateforme. 14 000 € ont déjà été récoltés.

Il reste 10 jours pour contribuer  sur le site de crowdfunding  et augmenter la cagnotte !

📢 AVANT-PREMIERE : la traditionnelle Fête des Vendanges de Banyuls-sur- Mer du 8 au 11 octobre 2020  deviendra cette année « la fête du cru et du terroir » sur toutes les communes de la Côte Vermeille, avec animations dans chaque commune : village, casots, vignerons, dégustations, animations sur la plage, …

Vous pouvez suivre l’actualité de l’association Reconquesta Côte Vermeille sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram.



  • Nécessité économique d’aider les vignobles avec des actions concrètes
  • Pousser l’identité viticole et la mettre en avant
  • Identifier le terroir avec une  vraie route touristique du vignoble.

Telles sont les actions concrètes à mettre en place par  »  Reconquesta Côte Vermeille »  pour sauver et pérenniser le cru Banyuls-Cerbère.

Parallèlement, la création de l’école de la sommellerie de Banyuls-sur-Mer sera un bel outil pour créer une réelle dynamique territoriale et … gustative.

Nadine Girard

Un reportage de France 3 : https://www.youtube.com/watch?v=Yg6buooxd7g

Lire aussi :

Laisser un commentaire