reprise de la plongée sous-marine

Reprise de la plongée sous-marine : faut-il attendre?

Reprendre la plongée sous-marine : vous en rêvez ! Depuis le 11 mai, et plus largement depuis le 2 juin, l’activité est de nouveau autorisée sous conditions pendant la période de déconfinement. Vous vous dites : je n’ai pas été malade, je ne risque rien. Détrompez-vous ! La Covid-19 (covid-19, acronyme de « coronavirus disease 2019 » ou « maladie à coronavirus 2019»),  peut causer de graves lésions des poumons et du muscle cardiaque, même pour une personne asymptomatique. Patience et prudence s’imposent. Découvrez pourquoi.

Alertes du monde médical : patientez de 1 à 3 mois avant de plonger

Jusqu’au 2 juin, la reprise des activités subaquatiques était autorisée mais limitée à 10 personnes maxi. Gestes barrière et distanciation physique obligatoires. La FFESSM annonce sur son site que « la limitation à 10 personnes maximum par embarcation est désormais supprimée ». Cependant, des réserves existent sur la pratique de la plongée en général, même pour les personnes asymptomatiques. En Belgique, le Conseil belge de l’oxygénothérapie hyperbare (Achobel) conseille à tous les plongeurs qui ont été atteints par la Covid-19 de patienter 1 à 3 mois avant la reprise de l’activité. Les médecins français et belges alertent sur des risques de surpression pulmonaire et de défaillance cardiaque. En effet, peuvent survenir ADD (accident de décompression) ou problèmes rénaux . Par exemple, chez l’apnéiste, des risques de syncope hypoxique ne sont pas à exclure. Donc, prudence pour la reprise de la plongée sous-marine.

Un bilan médical pour la reprise de la plongée sous-marine cet été

Comment obtenir le feu vert à la pratique de la plongée ? Cela passera par une visite médicale obligatoire pour les personnes ayant été testées positives à la Covid-19.“ L’objectif de cette visite médicale sera d’éliminer la présence de contre-indications médicales qui pourraient créer des conditions d’apparition d’un accident de plongée (œdème pulmonaire, accident de décompression, surpression pulmonaire ou pneumothorax, défaillance cardiaque)” énonce Jean-Louis Blanchard, président de la FFESSM. Au moindre doute, des examens complémentaires seront proposés pour vérifier la capacité pulmonaire des plongeurs. De façon générale, un bilan médical est conseillé pour tous les plongeurs en période de déconfinement, avant la reprise de la plongée sous-marine. La sédentarité durant le confinement et le surpoids augmentent les risques. C’est un principe de précaution : on consulte!

Quels sont les autres risques pendant la période de déconfinement?

Le risque d’être contaminé par la Covid-19 reste présent, même en phase 2 du déconfinement. C’est ainsi que les personnes asymptomatiques posent un réel problème pour les clubs de plongée. Des protocoles de nettoyage soigneux du matériel sont mis en place en ce moment. Un produit virucide répondant aux normes EN 14476 est utilisé. Un nettoyage en 3 temps est préconisé : lavage, rinçage, désinfection. De plus, un soin particulier est apporté avec le matériel respiratoire, en contact avec la bouche et la salive : embouts de détendeur, embouts de tuba, tubas et masques … 

En breb, chaque club doit mettre en place toutes les mesures nécessaires à la sécurité des plongeurs.

Il est évident que la reprise de la plongée sous-marine sera progressive dans les clubs. Les consignes doivent être respectées pour éviter tout accident de plongée. Dans le contexte actuel encore tendu, les secours peuvent mettre plus de temps que d’habitude à intervenir. L’activité dans les hôpitaux restera soutenue dans les prochains mois. L’affluence de patients qui ne se sont pas faits soigner pendant le confinement va générer de nouvelles hospitalisations. Le message est clair : il faut éviter de surcharger les services d’urgence. La plongée sous-marine est un loisir et doit le rester !

Laisser un commentaire